Réussir
sereinement l'épreuve
de français-philo
au programme officiel
CPGE Scientifiques
2013-2014

Mrs Dalloway

  • Auteur de l'analyse : Denis Collin

Mrs Dalloway

Téléchargez au format PDF le résumé de l'oeuvre, sous forme de lecture suivie, ainsi qu'une analyse synthétique de l’œuvre  Mrs Dalloway de Virginia Woolf, rédigés par Denis Collin, agrégé et docteur en Philosophie.  

Au programme de l’épreuve de français-philo des concours CPGE scientifiques 2013-2014.

 

I. L'auteur

Repères biographiques

Le succés

 

II. Le parcours narratif

Genèse de Mrs Dalloway

Résumé commenté

Architecture du roman

 

III. Le Temps monumental

Le temps des horloges

Temps collectif et figures d'autorité

l'Histoire

 

IV. Le Temps vécu

Présence du passé

le temps intérieur

 

V. Le Temps de la lecture

l'expérience de la durée

l'instant

Introduction : Le marivaudage ou le paradoxe
du naturel
Analyse de l’œuvre 1. Thérèse : premier épisode d’un itinéraire ludiquement diabolique1
--------------
Quelques éclaircissements sur le titre
Le titre des Âmes fortes a peut-être été choisi par Giono par contraste avec celui des Âmes mortes de Gogol. Mais Giono a sans doute aussi pensé à un aphorisme de Vauvenargues selon lequel l’âme forte est une âme « dominée par quelque passion altière et courageuse ». On peut penser aussi, du moins en ce qui concerne Thérèse, à une transposition à l’âme de la définition de l’esprit fort qui désignait autrefois celui qui se joue des valeurs fondées sur la foi, le mécréant libertin, l’athée. On ne doit évidemment pas réduire le sens d’âme forte à celui d’esprit fort, mais on peut les superposer, Giono étant par excellence le romancier de l’ambiguïté. Mme Numance est l’âme forte positive, elle.
« Thérèse était une âme forte. Elle ne tirait pas sa force de la vertu : la raison ne lui servait de rien ; elle ne savait même pas ce que c’était ; clairvoyante, elle l’était, mais pour le rêve ; pas pour la réalité. Ce qui faisait la force de son âme c’est qu’elle avait, une fois pour toutes, trouvé une marche à suivre. Séduite par une passion, elle avait fait des plans si larges qu’ils occupaient tout l’espace de la réalité. Elle pouvait se tenir dans ces plans quelle que soit la passion commandante ; et même sans passion du tout. La vérité ne comptait pas. Rien ne comptait que d’être la plus forte et de jouir de la libre pratique de la souveraineté. Être terre à terre était pour elle une aventure plus riche que l’aventure céleste pour d’autres. Elle se satisfaisait d’illusions comme un héros. Il n’y avait pas de défaite possible. C’est pourquoi elle avait le teint clair, les traits reposés, la chair glaciale mais joyeuse, le sommeil profond ». (p. 349-350).
Thérèse est une âme forte : elle est maîtresse dans l’art de déployer la force qu’elle exerce sur elle-même en tant qu’œuvre. Elle pratique le dépouillement, le sacrifice de l’argent pour peaufiner l’artifice qu’elle construit en se prenant ellemême comme matière première et chantier de son œuvre1.
--------------
1.1. Ouverture : la veillée funèbre
Le roman s’ouvre sur une veillée funèbre. Trois femmes sont rassemblées autour de la dépouille du « pauvre Albert » dont la mort les renvoie à des réminiscences mortuaires concernant d’autres défunts du passé, ceux du grand incendie, le fils des Bertrand mort en Indochine (p. 13), un soldat qui s’est pendu dans un bois (p. 14). Mais Albert, lui, « est mort simplement parce que c’était son heure » (p. 19). L’une a quatre-vingt-neuf ans (p. 8), une autre est moins âgée, dont on ne précise pas les années (p. 12). Suintent de ces commérages les ragots de ce qu’on devine être une société assez primitive et close, écho de la ruralité d’autrefois, où le contrôle social valait bien Big Brother. 
--------------
1. On peut penser à l’artiste contemporaine Sophie Calle dont « l’œuvre » consiste à se photographier au long des jours, des mois et des années.
--------------
L’avarice,l’égoïsme, la violence, le soupçon, l’ivrognerie et la goinfrerie, l’appétit de dominer son semblable sont les thèmes qui font rebondir la parole de l’une à l’autre jusqu’à ce que l’une d’entre elles mette le holà : « Chut ! Rendez-vous compte qu’on veille un mort » (p. 27). On s’était tout de même enquis auparavant des prières et des cierges indispensables dans une telle occasion (p. 8). « On ne fait pas de mal » dit l’autre, pensant que « si l’Albert l’entendait, il serait le premier à rire ». Et, alors qu’on évoque la convenance, ne serait-ce que pour la jeune veuve qui dort, l’une des commères fait remarquer que les morts n’ont plus besoin de rien. Les cérémonies sont l’expression de la coutume, un point c’est tout. Le monde ne s’arrêterait pas de tourner si on mettait l’Albert sans tambour ni trompette dans un trou dans le pré. À quoi est rétorqué : « Au moins une caisse » et un prêtre ? C’est qu’ « on n’est pas des chiens » (p. 27). La mort d’un homme semble à cette femme requérir un traitement conforme à la singularité de l’espèce. Les rites mortuaires, le symbolique autour d’un défunt ne relèvent pas seulement de la coutume, mais de la nature de l’homme qui requiert un minimum de respect et de dignité (p. 31). Le manque de déférence ne convient pas (p. 3233). Bref, « la mort, c’est sacré » (p. 34). Si autrefois on faisait de grands banquets, c’est qu’il fallait bien « nourrir la douleur » (p. 34) Mais autour des morts et de leurs successions rôdent toujours des vautours qui s’abattent sur les dépouilles qu’ils laissent derrière eux. C’est ainsi que le « gros blond » fait du rabattage derrière les cercueils pour rafler le bien des morts : cochons, moutons rachetés à bas prix aux endeuillés. Mais celles qui dénoncent la rapacité chez les autres sont loin d’en être exemptes elles-mêmes (p. 43) ! Ces pages d’introduction sont pleines d’une comptabilité mesquine et envieuse, de problèmes de répartition des biens, de péréquations, de litanies de rancœurs et de médisances (p. 42-45). La loi est bien évoquée, mais sa justice apparaît confiscatoire, aussi veut-on y faire exception pour soi-même (p. 46 et 50). Si l’on ne s’entretue pas, c’est par peur du gendarme (p. 51). Aussi est-on prêt à scier les armoires en deux, le lit, les commodes, les pendules, à déchirer les draps et les mouchoirs (p. 50). Ces premiers personnages, dans leur anonymat, forment en quelque sorte le chœur de la tragédie et donnent un avant-goût de la société où va évoluer Thérèse : les gens, personnages sans qualités, s’y structurent par à travers l’ossature sociale et les rôles que celle-ci distribue de père en fils.

Mrs Dalloway de Virginia Woolf

I – L’auteur
Repères biographiques
Virginia Stephen
Ses origines permettent à celle qui naquit le 25 janvier 1882 et sera
Virginia Woolf de connaître les milieux victoriens : son père, Leslie
Stephen fut un éminent critique littéraire, chrétien militant devenu
agnostique. Il avait épousé en premières noces la fille du romancier
William Thackeray, puis après quatre ans de veuvage, Julia
Duckworth, elle-même veuve depuis neuf années. L’un et l’autre
avaient déjà des enfants, et eurent ensemble Vanessa, Thoby, Adeline
Virginia et Adrian Leslie. La famille reçoit, parmi d’autres, des romanciers
comme Henry James. Très tôt, Virginia est la conteuse de
la famille – elle publie sa première nouvelle dans le Hyde Park Gate
News, ce journal des enfants Stephen. Sa mère meurt en 1895, « le
plus grand désastre qui put se produire » écrit Virginia. Son père, qui
avait déjà souffert de dépression nerveuse et de « crises d’horreur »,
s’abandonne à son chagrin. Selon Quentin Bell, premier biographe
et neveu de l’écrivain, Virginia aurait subi les assiduités d’un de ses
demi-frères, George Duckworth, ce qui l’aurait fragilisée, la rendant
angoissée et dépressive. Les deuils successifs – deux ans après la disparition
de sa mère, celle de sa demi-soeur Stella, puis deux ans après
son père, son frère préféré, Thoby, meurt en 1906 – la marquent
profondément.
Elle se forme grâce à ses lectures – elle a accès à la vaste bibliothèque
de son père-, puis décide de se former à l’écriture, en 1899.
Son frère Thoby entre au Trinity College, à Cambridge et va influencer
la formation de sa soeur, qui suit des cours au King’s College. La
société des amis de Thoby lui est plus agréable que la haute société
où son demi-frère, l’arriviste George, voudrait l’introduire. En 1902,
elle projette d’écrire une « oeuvre d’imagination » :
Je vais prendre un homme et une femme – montrer comment ils se développent
– sans jamais se rencontrer – sans se connaître – mais pendant
tout ce temps-là vous aurez l’impression qu’ils se rapprochent de plus en
plus. Ce sera la partie la plus passionnante (comme vous le voyez) – mais
lorsqu’ils sont sur le point de se rencontrer – une porte seule les sépare
– vous voyez comme ils se manquent de peu – et prennent comme une
tangente, sans jamais plus se rapprocher l’un de l’autre1.

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des commentaires.


Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté: